Portrait: La tuberculose

Waris Muda


Waris Muda,
le garçon qui ne voulait pas mourir

→  Regardez la vidéo

« Que la mort vienne me délivrer. » Tels sont les mots de Waris, un garçon de 13 ans terriblement affaibli par la tuberculose. Mais, grâce à un traitement qu'Action Damien a suivi de près, Waris s'est rétabli. Et, depuis une semaine, il peut même retourner à l'école. Waris est le garçon qui ne voulait pas mourir.

Action Damien a fait suivre un traitement à Waris Muda atteint de la tuberculose.
« Waris, pourquoi respires-tu si fort ? Tu as couru ? Tu as joué au foot à l'école ? » Waris regarde son oncle de ses grands yeux innocents, baisse la tête et acquiesce. « Tu dois encore te tenir un peu tranquille, mon garçon. Tu viens seulement de te remettre. »

Muda (64 ans) est encore inquiet pour son neveu. Il sait que l’enfant revient de loin. « Waris est orphelin, il est le fils de mon frère cadet décédé. Normalement, il vit chez sa tante, mais un jour on me l'a amené. Il était très gravement malade et nous ne savions pas quoi faire. Un guérisseur traditionnel nous a prescrit une boisson, mais Waris continuait de tousser. Son état s'est même aggravé. »

« J'avais très mal à la poitrine et j'étais extrêmement faible. Je ne pouvais même plus m'asseoir ou marcher. Je disais tellement souvent “Que la mort me délivre” que c'était devenu mon surnom dans le quartier. » Un agent communautaire leur a alors conseillé de se rendre au centre de traitement de la tuberculose. « Sur le chemin de l'hôpital, Waris s'est subitement effondré et j'ai dû le porter », raconte Muda.

Le traitement a tout de suite fonctionné et l'état de Waris s'est amélioré de semaine en semaine. Pendant tout ce temps, il a partagé une minuscule chambre avec son oncle : il dormait à même le sol sur une natte et son oncle, dans le lit. La chambre se trouve dans une maison où vivent trois autres familles. Ils cuisinent dans le couloir quand ils le peuvent, mais parfois il n'y a tout simplement rien à manger. « Ici, ça va encore », affirme Waris. « Chez ma tante, nous avons encore moins à manger. »

Waris est petit pour son âge et à la plaie infectée qu'il a sur le cuir chevelu, on voit qu'il est sous-alimenté. « La tuberculose et la malnutrition vont souvent de pair », explique Atere Oyebamiji d'Action Damien. C'est elle qui a suivi le jeune garçon tout au long de son traitement. « En effet, les défenses immunitaires des enfants sous-alimentés sont souvent affaiblies. »

La tuberculose est une maladie liée à la pauvreté et bon nombre de patients ne pourraient pas payer leur traitement si Action Damien n'intervenait pas. « Le traitement de Waris coûte 1,5 dollar par jour, alors que je ne gagne que 6 dollars par mois et que je paye déjà 2 dollars pour le loyer de la chambre. Je suis mécanicien mais, à la suite d'un AVC, je ne peux plus utiliser mon bras normalement. Je ne peux donc plus beaucoup travailler. »

Beaucoup pensent que Waris s'en est sorti grâce à un miracle, et il a reçu un nouveau surnom : le garçon qui ne voulait pas mourir. Waris est encore vite fatigué, mais ses yeux pétillent de vitalité, surtout maintenant qu'il a repris l'école. Il regrette d'avoir dû redoubler une année à cause de sa maladie, alors que tous ses copains sont déjà partis à l'école secondaire. Mais Waris est déterminé à rattraper son retard. Plus tard, il veut être avocat. « Ils portent de si beaux vêtements », chuchote-t-il. « J'aimerais être comme eux. »

TEXTES: Wendy Huyghe
PHOTOS: Tim Dirven @T.Dirven pour Action Damien

  • Action Damien

  • L'indifférence tue, Action Damien soigne
  • Sauvez des vies
  • Faites un don en ligne ou
    un virement sur notre compte BE05 0000 0000 7575
  • Contactez-nous
  •  
  • E-mail: info@actiondamien.be
  • Tel: +32 (0)2 422 59 11
  • Boulevard Léopold II 263
  • 1081 Bruxelles